20 erreurs classiques en trading et comment les éviter #3

20 erreurs classiques en trading et comment les éviter 3

20 erreurs classiques en trading et comment les éviter #3

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Partager sur email
Partager sur print

Allez, cinq nouvelles erreurs de débutant en trading !

Si tu as manqué la partie 1, tu peux retrouver les cinq premières erreurs ici.

Et si tu as manqué la partie #2, tu as alors probablement aussi manqué notre petit secret… 

C’est parti ! 

11. Ne pas avoir de stratégie de sortie

L'erreur de débutant

Si tu dois jouer à un jeu, choisis au préalable:

  • les règles du jeu,
  • les enjeux,
  • et le moment où il est bon de s’arrêter. 

La règle de base en trading est de savoir AVANT d’initier la position, quand entrer en position, et quand clôturer. 

En dépit de tout ce qui peut bien être dit, le fait d’être régulier et constant dans ses décisions de sortie, qu’il s’agisse d’un stop-loss, d’une prise de profits, ou d’un trailing stop, semble créer la confusion pour une grande majorité des traders, et causer par suite du chagrin, des regrets ou de la simple frustration. 

Pour la majorité des traders, prendre une décision pour sortir de position est peut-être la partie la plus difficile du trading. 

C’est pourtant là que se produit la magie. 

En effet, si on simplifie le game, un trader peut sortir d’une transaction :

  • En étant stoppé.
  • En prenant des bénéfices.
  • En flip-flopant (mais nous n’aborderons pas le sujet car la plupart du temps, le flip flop est suivi d’une nouvelle entrée en position, dans le sens de la position avortée…)

Sur le papier, c’est donc simple. 

Alors : 

  • Qu’est-ce qui cause tant d’angoisse et de confusion dans les sorties chez les traders ?
  • Pourquoi faut-il constamment rappeler aux traders l’importance de sortir de position à un moment/niveau prédéterminé?

La solution: Ne plus avoir à penser une fois la position ouverte.

Corriger cette erreur est très facile, mais suppose d’accepter pleinement :

  • De trader avec un stop loss
  • quand prendre tes profits avant d’initier ta transaction.

D’abord, étudions l’erreur liée au stop loss. 

La raison pour laquelle tu dois trader avec un stop-loss…. c’est tout simplement que le SL t’évite de « repenser » quand la position bouge en ta défaveur. 

Avoir un stop mental est compliqué… car « si les prix descendent en dessous de ce niveau, je cloturerai ma position » va supposer une réévaluation de ton graphique au moment où le stop mental est atteint.

Et quand le stop mental est atteint, tu seras donc… « en perte ».

Cette perte latente va grandement impacter ta prise de décision et donc potentiellement tu vas « refuser » de couper.

Ainsi, si tu es long par exemple, tu vas devoir lutter psychologiquement car tu seras tenter d’interpréter en ta faveur tous les mouvements baissiers afin de ne pas prendre ta perte. 

Le marché va alors simplement rebondir et tu vas te dire : Génial, ça se déroule maintenant comme je l’avais prévu ».

Tu vas donc tenir ta position, en perte, et sans stop loss.

Puis la tendance baissière va reprendre ses droits, te corriger sévèrement et accroître ta perte.

Alors que si tu avais accepté d’être invalidé tout en haut, tu aurais limité ta perte à un faible % de ton capital.

Accepte ta perte et trade demain. Refuse de couper, et accepte de ne plus t’asseoir à la table demain. 

Deuxièmement, à l’instar de l’établissement des stops, lorsque l’on vise un objectif de profit pour sortir d’une transaction profitable, on est toujours tenté de passer outre son « système ».

Le but du trading est de réaliser des profits prédéterminés. 

Le fait de s’accrocher à des opérations pendant de plus longues périodes dans le but d’en tirer le moindre profit supplémentaire n’est pas conforme à tes intérêts.

Car cela se termine généralement par de la frustration et de la colère. 

Si tu galères parfois et laisse courir les mauvais trades, et encaisse rapidement les gros mouvements en ta faveur, tu dois apprendre à contextualiser ton trade afin de savoir quand laisser le trade courir, et quand prendre rapidement tes profits.

Afin d’éviter de laisser trop de profits sur la table, pourquoi ne pas utiliser des règles dynamiques au lieu d’un niveau de prix prédéfini ? 

Et si tu souhaites limiter tes émotions lors d’un trade, nous te conseillons de couper ¼ du trade rapidement une fois que le trade bouge en ta faveur, et de laisser le reste atteindre ses targets/run selon ton plan.

En dernier lieu, tu dois réaliser que les marchés sont pleins d’imperfections, et donc garder ta stratégie de sortie cohérente et mécanique afin de te préserver des regrets.

Tu n’achèterez pas tous les points bas et tu ne vendras pas tous les points hauts.

Accepte-le.

12. Ecoute les conseils des autres ou des médias

L'erreur de débutant

Notre monde est en permanence inondé de nouvelles et d’opinions financières.

Allume la télévision ou fais défiler les pages Web, et tu verras difficilement comment un débutant ne pourrait pas tomber amoureux de la dernière émission de télévision, des chatrooms et autres sites Web consacrés uniquement à la diffusion d’infos financières.

Ces « têtes pensantes » dans les médias se gargarisent d’exprimer leurs opinions sur tous les marchés – matières premières, cours des actions, valorisations des devises – et ces opinions changent généralement sur un simple coup de tête, accompagnant les mouvements du prix.

La plupart des commentateurs du marché ont tendance à être réactionnaires ou prédictifs dans leurs opinions.

Ils commenteront un mouvement de prix bien après qu’il se soit produit ou essaieront de prédire l’orientation future des prix à l’aide de toute donnée disponible qui appuie leur point de vue.

Ces derniers ont tendance à entrer dans la catégorie des « héros ou des gurus », essayant d’être le héros qui call le point bas ou le point haut d’un mouvement de marché, pour pouvoir crier « Je te l’avais dit » à tous ceux qui voudraient bien l’entendre.

Mais dans les marchés, nos décisions sont rapidement validées pour être bonnes ou mauvaises, gagnantes ou perdantes.

Noir ou blanc.

Et c’est très difficile à gérer pour certaines personnes.

Nous devons accepter la responsabilité de nos décisions.

Dans l’ensemble, les gens sont mis au défi d’accepter la responsabilité de leurs actes.

Mais une simple question: Pourquoi pars-tu du postulat qu’ils sont meilleurs que toi? 

Cette idée repose-t-elle sur des éléments objectifs?

Si tu le penses vraiment, tu laisses littéralement des inconnus et leurs compétences non vérifiées gérer ton propre argent.

La solution: Tu es meilleur que tu ne le penses...

L’un des principaux problèmes de ces commentateurs, analystes, courtiers, économistes et autres personnes qui exposent une théorie sur les fluctuations futures des prix résident dans l’absence de responsabilité.

Il est assez courant d’entendre tous ces donneurs d’opinion supposés bien informés exprimer des opinions et des commentaires négatifs et baissiers une semaine, pour être positifs et optimistes la semaine suivante, sans référence à leurs commentaires de la semaine précédente.

Ce changement d’opinion et ce manque de responsabilité doivent être pris en compte par toute personne qui utilise ces opinions comme base de ses décisions d’achat et de vente.

Disposer d’un système ou d’une stratégie bien documenté et éprouvé est un grand pas vers le succès. 

Malgré cela, de nombreux traders et investisseurs se tournent encore vers les médias pour obtenir des nouvelles et des informations sur le marché et basent souvent leurs décisions sur ces informations.

La seule façon de réussir pour les traders, c’est de passer du temps devant les graphiques et à tester tes idées et construire un système. 

Sois concentré et discipliné.

Prenons une étude portant sur des violonistes, par Monsieur K. ERICSSON.

ERICSSON a divisé les violonistes d’une école en trois groupes distincts :

  • les étoiles (celles qui sont censées exceller) ;
  • les plus performants ;
  • et le groupe qui n’était pas censé jouer professionnellement.

Tous les violonistes avaient environ cinq ans lorsqu’ils ont commencé à jouer.

Tous les groupes pratiquaient à peu près la même durée (deux à trois heures par semaine).

Ceux qui ont commencé à pratiquer environ six heures ou plus par semaine ont commencé à exceller.

La même tendance s’est maintenue jusqu’à l’âge de 20 ans.

Les artistes d’élite (dans tous les groupes) pratiquaient plus de 30 heures par semaine, certains totalisant presque 10 000 heures à l’âge de 20 ans.

Ceux qui sont restés de bons joueurs ont pratiqué un total d’environ 8000 heures, et les futurs professeurs de musique un total de 4000 heures.

Comparés aux pianistes professionnels, ils ont vu exactement le même schéma.

Chaque année, les professionnels consacrent de plus en plus de temps à leur pratique.

Ce qui est frappant dans l’étude d’Ericsson, c’est que lui et ses collègues n’ont pas pu trouver de musiciens qui se sont hissés sans effort par simple talent naturel au sommet.

Tout comme les violonistes qui ont pris la responsabilité de pratiquer plus que leurs homologues et ont donc été ceux qui ont atteint des sommets, il en va de même pour les traders.

Ceux qui pratiquent pendant des heures, et qui assument la responsabilité de toutes leurs décisions sans blâmer les autres pour leurs propres mauvais choix atteindront des sommets dont d’autres ne pourront que rêver.

La meilleure façon d’apprendre et de s’éduquer est de passer du temps à « bouffer des graphiques ».

Copie les méthodes des éducateurs qui gagnent réellement de l’argent.

Pas la méthode de quelqu’un qui te vend une brochure qui promet de te rendre millionnaire la semaine prochaine.

Apprend de plusieurs éducateurs puis passe du temps à échanger avec eux.

Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue ou la méthode soi-même.

13. Moyenner à la baisse

L'erreur de débutant

En tant qu’acheteur au détail, il n’y a absolument rien de mieux que de faire la fameuse « bonne affaire ». 

Ce désir de payer autre chose que le plein tarif pour n’importe quel article fait appel à un sentiment profond de victoire sur le vendeur qui réside en nous tous.

Malheureusement, cela peut jouer contre nous dans l’arène du trading. 

Le prix d’une action ou d’un contrat à terme qui était de 20 $ et qui est maintenant de 10 $ n’est pas nécessairement « bon marché ».

Ce n’est pas non plus une bonne affaire si, par la suite, elle tombe à 5 $…

Les parieurs qui tombent dans ce faux raisonnement sont victimes de la théorie souvent vantée mais peu judicieuse de la « moyenne à la baisse » ou de la moyenne d’achat.

Toute personne qui participe à cette activité ne comprend pas du tout la gestion du risque, les marchés baissiers et la reconnaissance des tendances.

Pourquoi ? Parce que le gros problème avec un marché à la baisse, c’est qu’on ne peut jamais savoir où et quand cela va se terminer.

Il existe d’innombrables exemples de courtiers, de gourous et d’autres soi-disant experts qui tentent de deviner le bottom du marché et qui deviennent remarquablement silencieux lorsque les prix poursuivent leur chute…

Les marchés à tendance baissière sont comme une énorme crevasse glaciaire. 

Tu peux tomber et atterrir sur une corniche à plusieurs mètres sous la surface.

Puis tu sens soudainement ta prise se desserrer et tu tombes encore sur plusieurs mètres avant d’atterrir sur une autre petite corniche.

Les marchés baissiers sont identiques… 

Ils vont baisser un peu, consolider pendant un certain temps et convaincre tout le monde que le pire est passé, pour ensuite redescendre à mesure que le support s’effondre et que les vendeurs reprennent le contrôle.

Et pendant ce temps là, divers experts tentent de deviner le point bas chaque fois qu’une nouvelle corniche est atteinte…

Malheureusement, nous ne savons pas que nous avons atteint le creux de la vague avant un certain temps…

C’est à dire lorsque nous pourrons tous regarder en arrière, et dire avec autorité que le bottom « is in ».

Ceux qui moyennent à la baisse pendant ces périodes seront punis par le marché, beaucoup perdant des sommes d’argent substantielles dans le processus. 

Ceux qui auront recours à l’effet de levier seront encore plus touchés, car ils seront forcés de vendre des actions et peut-être même d’autres actifs et placements pour répondre aux appels de marge nécessaires au financement de leurs positions…

La solution: Reconnaître une tendance.

La reconnaissance des tendances est essentielle au succès en trading. 

Réduite à sa forme la plus simple, l’analyse technique peut être définie comme l’achat en tendance haussière et la vente en tendance baissière.

Il est logique d’établir la moyenne du prix d’une position contractuelle pendant un marché haussier lorsque la tendance générale est à la hausse.

Mais c’est une approche imprudente dans un marché baissier lorsque les prix s’effondrent.

Il est extrêmement important de pouvoir reconnaître la tendance des prix. 

La majorité des participants au marché boursier adoptent une stratégie d’achat et de conservation et se convainquent qu’ils y adhèrent pour le long terme.

De nombreux titres qui atteignent des sommets vertigineux lors de marchés haussiers sont souvent anéantis lors de marchés baissiers.

Les traders qui ont un plan de trading savent quand il est temps de sortir des trades soit sur leurs stop loss initiaux, soit sur leurs trailing stops, soit sur les objectifs de profits.

Ils sont en mesure de clôturer leurs positions au fur et à mesure de l’évolution des prix et savent qu’il ne faut pas revenir sur le marché tant que les conditions d’entrées ne sont pas de retour. 

De cette façon, ils ne conservent pas de positions perdantes et ne sont jamais amenés à faire la moyenne à la baisse.

Ils resteront assis sur leurs liquidités jusqu’à ce que les conditions du marché redeviennent favorables à leur stratégie de trading, ou utiliseront des stratégies multiples sur plusieurs marchés pour profiter des mouvements sur d’autres marchés. 

Le fait de ne pas se retirer des marchés érode non seulement ton capital financier, mais aussi ton capital émotionnel et psychologique.

Prend ton argent et sors de là ! Ou plus poliment, prend ta thune et casse toi ! 

14. Le manque de discipline

L'erreur de débutant

Il faut beaucoup d’autodiscipline pour s’assurer que tu ouvres une position sur les marchés selon les règles de ton système ou ton plan de trading, même dans les périodes difficiles où le système foire un peu, ou simplement que le marché est en perte de vitesse. 

C’est pendant ces périodes que les capacités d’un trader sont mises à l’épreuve. 

La tentation d’ignorer les signaux ou d’augmenter ou de diminuer de façon aléatoire la taille des positions ou, pire encore, d’exécuter au hasard des transactions basées sur l’instinct doit être ignorée. 

C’est lorsque ton système est en galère que tes règles de trading et money management, telles qu’elles sont détaillées dans ton plan, doivent être scrupuleusement respectées. 

C’est alors que ton argent et ton ego entrent en jeu et que les décisions que tu prends auront une incidence sur la suite des événements. 

Ce n’est que par l’expérience que tu pourras découvrir comment tu vas réagir dans les bons comme les mauvais moments. 

C’est à ce moment là que les concepts de ton plan de trading seront mis à l’épreuve, tout comme ta discipline pour être en mesure de fonctionner sous pression.

Éviter la tentation d’ajouter de la subjectivité dans ta stratégie objective est une nécessité.

Malgré les exhortations et les encouragements de beaucoup que le trading peut être enseigné à tout le monde (ce qu’il peut en théorie), tout le monde ne sera pas capable d’en adopter le mindset, et d’en maintenir la rigueur nécessaire.

Bien sûr, tout le monde peut apprendre à le faire, mais tous ne maintiendront pas la discipline et le désir constant de performer dans les marchés. 

Il est tout aussi important d’apprendre à trader que de savoir quand arrêter de trader si cela ne fonctionne pas. 

La solution: La pleine conscience.

Les traders expérimentés sont bien conscients de l’importance de la gestion de leur psychologie en trading.

En contrôlant leur ego et en s’efforçant de comprendre comment ils réagissent sous pression et gèrent leurs propres processus de pensée, ils sont capables d’atteindre un point de détachement émotionnel du résultat de leur trade.

Cela peut être attribué en grande partie à l’application d’un système de trading robuste avec un « avantage » clairement défini sur le marché, et des techniques de money management, mais aussi à cette capacité de pratiquer la pleine conscience.

La pleine conscience consiste essentiellement à surveiller ses propres pensées.

Ceux qui sont capables d’atteindre cet état de pleine conscience sont mieux armés.

C’est presque comme s’ils étaient totalement désintéressés et détachés du processus de décision.  

Ils sont capables de s’observer virtuellement et d’observer leurs émotions et leurs réactions face à ce qui se passe.

Très peu de gens peuvent atteindre cet état de façon constante. Et c’est là que la méditation entre en jeu. 

15. Le trading émotionnel

L'erreur de débutant

Lorsque ton trading repose sur les conseils de tes camarades et des courtiers, le dernier indicateur magique à la mode, ou quoi que ce soit d’autre qui semble attrayant, ta carrière de trader risque d’être courte. 

Les traders qui utilisent une telle approche, sans système clairement défini de règles d’engagement sur le marché, modifient constamment leurs règles d’entrée et de sortie, ainsi que la taille de leurs positions et leur tolérance au risque, sans aucune cohérence dans leurs processus décisionnels.

Leur stratégie est pratiquement une série d’événements aléatoires – certains qui fonctionnent et d’autres qui ne fonctionnent pas – avec la plupart des trades gagnants et la plupart des trades perdants attribués à la chance plutôt qu’à un niveau particulier de compétence ou d’habileté en tant que trader.

Une entrée en position sera basée sur un comportement du prix, une autre sur un indicateur, la suivante sur des infos d’initiés.

Bien que le trading de cette façon puisse sembler fonctionner pendant une courte période lié à un ensemble spécifique de conditions de marché; à long terme, il est voué à l’échec, non seulement parce que les conditions de marché vont changer, comme elles le font toujours, mais aussi parce que cette façon d’entrer en position est stressante.

Le trading discrétionnaire exige que le trader soit constamment dans le flow du marché, qu’il surveille constamment des schémas graphiques, ses indicateurs, et toute combinaison de méthodes qu’il utilise pour arriver à ses décisions d’entrée et de sortie.

C’est mentalement et émotionnellement épuisant.

Les décisions prises pour un trade qui « marche » et rapporte un profit se traduisent par un sentiment d’euphorie et de bonheur.

Lorsque les mêmes décisions entraînent la perte d’une transaction, un sentiment de frustration et de colère s’installe.

Bien qu’il soit possible d’obtenir un taux de rendement décent lorsqu’on trade de façon discrétionnaire dans un ensemble précis de conditions de marché, il n’est pas possible d’obtenir un rendement correct et constant à long terme.

Les traders discrétionnaires obtiennent généralement leurs meilleurs résultats lorsque les marchés haussiers et les tendances haussières prolongées, et ont tendance à tomber dans le piège de croire que:

  • premièrement, la tendance haussière va se poursuivre,
  • deuxièmement, qu’ils vont continuer à profiter de leur stratégie,
  • et, troisièmement, que le trading est facile.

Lorsque les conditions du marché changent, leur capacité à « pseudo-trader » est mise sous pression, le nombre de pertes augmente, et ils sont finalement anéantis ou cessent de trader.

Dans le meilleur des cas, leur rendement est nettement inférieur à celui du marché.

La solution: Etre mécanique et ne pas "trop" penser.

Le trading mécanique vise à éliminer les décisions subjectives et à les remplacer par une approche objective et disciplinée des marchés.

Les systèmes de trading mécaniques vont des complexes algorithmes mathématiques qui exécutent automatiquement les transactions, à l’utilisation de modèles basés sur des graphiques ou de simples croisement d’indicateurs et autres déclencheurs pour entrer et sortir des transactions.

Quelle que soit la méthode utilisée, elle ne peut être considérée comme un « système » que s’il existe un ensemble strict de règles ou de conditions, et si les entrées et les sorties sont effectuées de manière cohérente et constante, sans chercher à rationaliser le trade.

En réalité, l’étape de la réflexion doit avoir lieu pendant l’élaboration du système.

Une fois que le système est développé, testé et bien compris, il doit être simplement appliqué au marché et respecté à 100% du temps.

C’est évidemment beaucoup plus facile lorsque l’on utilise un système entièrement automatisé qui envoie les ordres au marché par voie électronique sans que le trader n’ait à passer l’ordre manuellement.

S’il s’agit d’un système ou d’un marché qui exige que le trader passe les ordres manuellement, ceux-ci doivent être placés à chaque fois, indépendamment de toute idée que le trader peut avoir quant à la pertinence de la transaction.

Lors de l’utilisation d’un système mécanique, il est important d’éviter d’essayer d’effectuer des opérations de « tri sélectif ». 

Ce terme est utilisé pour décrire la tentation de tenter de choisir les « meilleures » transactions et de contourner les transactions considérées comme non pertinentes.

Cela se termine presque toujours par un désastre, car les préjugés personnels influencent les décisions et font en sorte que les transactions effectuées n’ont en fait aucune corrélation avec les résultats globaux du système.

Il s’agit d’une erreur courante commise par de nombreux traders.

Le vrai truc pour le trading mécanique ou le trading d’un système est d’en acheter ou d’en développer un qui convient à ta personnalité et à ton style de trading.

Il ne sert à rien d’essayer de trader un système agressif à court terme qui génère des signaux fréquents si ton style est de capturer les tendances à long terme.

Il est également important de ne pas sur-optimiser un système, afin qu’il apparaisse sur papier et à l’issue du back-testing comme la réponse parfaite à toutes tes exigences de trading.

Il s’agit d’un processus connu sous le nom de l‘ ajustement de courbe, où le système est construit pour s’adapter aux données historiques existantes.

Invariablement, ces systèmes tomberont en panne une fois que le trading en direct commencera.

Les traders réguliers ont appris à penser en termes de probabilités, de performance à long terme et de rendement de leur système de trading grâce à son « avantage ».

Le résultat des transactions individuelles perd de sa pertinence et est remplacé par une vision long terme des transaction gagnantes ou perdantes, afin de « réaliser » réellement l’avantage que ton système te donne sur le marché.

Donc l’importance de tester un système sur un grand échantillon devient critique.

To be continued...

FREE WEEKLY TRADING REPORT

Subscribers, if you are unable to view the content, simply re-enter your email address and you will be granted an instant access. 

Enjoy the video and feel free to comment !

Cheers.

Bitcoin weekly market review november 3 2019
Lire la vidéo

Happy trading. 

Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit
Partager sur email
Partager sur print

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de